Mini Green Power, la startup qui transforme vos déchets en énergie !

Aujourd’hui à la suite de notre série d’articles sur «que sont-ils devenus ?», nous nous intéressons à la startup Mini Green Power gagnante du concours Fundtruck en 2017.

La société fondée en 2014 par Jean Riondel et Hubert Sabourin a développé une technologie de combustion étagée qui permet de créer de l’électricité, de la chaleur ou du froid à partir de déchets verts, essentiellement du bois humide. Mini Green Power propose aux industriels et aux collectivités de récupérer ces déchets pour les transformer en énergie, économisant ainsi le prix du traitement et de l’énergie.

Mini Green est en 2021 une startup pleine d’ambitions qui compte une trentaine de salariés et qui s’engage dans la transition énergétique et les nouveaux modes de management plus verts et plus durables. 

Une startup qui fait l’unanimité

Mini Green Power n’a pas peur des concours, elle a participé à un grand nombre d’entre eux et elle en est ressortie gagnante. Depuis son succès au concours Fundtruck, la startup a gagné pas moins de 7 autres prix.

– Start up Green Tech de l’année 2017, un prix destiné aux startups qui proposent un concept durable et écologique.

– Prix graine de Boss 2018, concours en collaboration avec les dirigeants des entreprises du CAC40 qui prime 15 startups sur 300 candidatures.

–  Prix de la startup disruptive de l’année 2018 en PACA

– Prix coup de cœur IRCE (une association de chefs d’entreprise qui soutient les entrepreneurs)

– Prix Science For Good, qui récompense les entrepreneurs qui agissent pour l’environnement ou qui aident au développement durable. 

– Prix Med ‘innovant, un concours de solutions innovantes qui permet d’accélérer le développement de projets éco-innovants de startups en capacité de répondre à des problématiques en phase avec les nouveaux impératifs de développement et de durabilité des territoires méditerranéens.

– Prix national « qualité et excellence opérationnelle »

La startup se fait aussi remarquer dans les salons auxquels elle a participé et notamment au salon Viva Technologie de 2019 lors duquel elle a pu rencontrer le président Emmanuel Macron et ainsi lui présenter leur projet. Aujourd’hui grâce à toutes ces distinctions déjà 4 centrales sont en activité dans le monde et 2 autres sont en cours de lancement. De plus, les marchés américain et israélien présentent un réel intérêt pour ces centrales.

Une levée de fonds de 1 million d’Euros

Le 16 mars 2018 se clôturait la levée de fonds de la startup qui avait commencé en 2014 et qui a permis de récolter plus d’un million d’euros dont 575 000 € sur la plateforme de financement Sowefund

Hormis ses projets en France, Mini Green Power a déjà pu travailler avec des clients européens à qui elle a livré ses centrales biomasses en Angleterre, au Pays de Galles ou encore au Rwanda.

Leur principal objectif est de développer leurs business en Afrique et dans les pays en voie de développement. Il estime que ces pays représenteront à terme 70% de leurs clientèles.

Les prochains défis !

Bien que la startup connaisse de belles réussites et réussit peu à peu son développement à l’international, il n’en reste pas néanmoins qu’elle rencontre également des difficultés. 

La principale difficulté qu’a rencontrée Mini Green Power résidait dans la recherche des entreprises et des collectivités locales intéressées par le projet pour leur vendre des centrales. Depuis 2018 ces recherches n’ont pas encore donné de suite. Au final, le marché français est le plus réticent et ralentit fortement la croissance de la startup en France. Ainsi par tous les moyens (interview, salon, concours …), Mini Green Power a comme grand défi de convaincre et rassurer le marché français.

0

Laisser un commentaire