Day One

day one fundtruck

Qu’est ce que fait Day One?

Encore perçue comme secondaire il y a quelques années, l’engagement des entreprises pour une société plus juste et plus durable est désormais INCONTOURNABLE, notamment pour leurs collaborateurs : 

55% des actifs et 76% des millenials considèrent l’engagement sociétal comme plus important que le salaire.” – Cone Communciation 

“Une démarche sociétale augmente de +17% la performance des entreprises et multiplie par x5 le bien-être du collaborateur.” – BCG 

Face à cette évolution des tendances, Day One, startup de l’Economie Sociale et Solidaire propose aux entreprises de rendre leurs collaborateurs acteurs de leur démarche sociétale, à travers des actions concrètes pour la société et l’environnement 

Une solution technologique et humaine pour rendre accessible l’engagement solidaire en entreprise :
• un annuaire regroupant +150 associations locales et +400 missions ;
• une plateforme digitale et ludique permettant au salarié de facilement trouver la mission qui lui correspond
• une équipe de conseil engagé pour accompagner l’engagement des collaborateurs 

Grâce à ce nouvel outil, une entreprise peut engager en quelques clics tous ses collaborateurs dans une démarche sociétale concrète au travers du dispositif du mécénat de compétences ! 

Qu’est ce que le mécénat de compétences ?

Le mécénat de compétences est un dispositif légal qui permet aux entreprises de mettre à disposition les compétences d’un salarié auprès d’une association d’intérêt général (sur son temps de travail et sans perte de salaire), tout en bénéficiant d’un avantage fiscal (60% du salaire ou de la prestation). 

Un dispositif vertueux pour tous :
– du temps pour que le collaborateur puisse s’engager et s’épanouir
– des compétences gratuites pour les associations et leurs projets
– un gain fiscal, mais également d’image et surtout une solution concrète pour répondre aux nouveaux enjeux RH et RSE des entreprises

Quand s’engager en entreprise ?

Day One a créé 4 programmes pour s’engager tout au long de la carrière :

  • Talents à impact : Attirer, développer, fédérer… Oui mais comment ? Day One permet d’innover en proposant aux collaborateurs de s’engager pour une association à raison de quelques jours par an.

  • Team building solidaire : Les team buildings n’ont plus à faire leur preuve quant à leur efficacité pour renforcer la cohésion d’équipe. Day One propose aux entreprises de co-construire des actions collectives à impact au travers de journée de solidarité. Un moyen de réunir et d’engager les collaborateurs autour d’une cause qui fait sens pour eux

  • Intermissions mobilisées : Particulièrement vrai pour les secteurs du Numérique et du Conseil, les creux d’activité entre deux contrats coûtent cher à l’entreprise (maintien des salaires) et peuvent entraîner le désengagement des collaborateurs (turnover). Ce programme propose aux entreprises de valoriser ces périodes d’inactivité, en permettant au collaborateur disponible de mettre ses compétences à disposition d’une association.

  • Préretraite active : Réinventer les fins de carrières en proposant aux collaborateurs de partager leur expertise avec une association. Des missions pouvant aller de 6 mois à 2 ans. Une solution qui soutient plusieurs objectifs : anticiper la mise en place d’une nouvelle équipe et initier une transition progressive vers la retraite. 

Présentation en image : https://bit.ly/entreprisedayone

Qu’est ce qui vous a amené à lancer Day One ?

J’ai commencé ma carrière par une expérience en audit financier chez Deloitte. Rapidement, je me suis posée la question du sens de mon travail : Quel est mon impact sur le monde et la société ? 

Afin de trouver plus de « concret » je suis partie au Népal, œuvrer pour la réinsertion des enfants des rues de Katmandou. C’était en 2015, et un des plus gros séismes du siècle se déclenchait quelques semaines après mon arrivée. Ma mission est alors passée de « volontaire » à « humanitaire », jusqu’à ce que je sois rapatriée car je n’avais plus les « compétences requises » (il leur fallait des médecins et des ouvriers).

Cette expérience m’a fait comprendre 4 éléments clé : 

  • Il est très compliqué de trouver une mission concrète en association qui correspond à son profil et ses attentes (j’avais mis 3 mois pour trouver ma mission au Népal) ;
  • Les associations sont comme de petites entreprises, elles ont besoin de BONNES compétences au BON moment, et si ce n’est pas le cas, on peut plus être un poids qu’une aide pour elles ;
  • Lorsque les choses tournent mal dans un pays ou une communauté, les petites associations « locales » sont celles qui aident le plus car elles connaissent le lieu / la population ;
  • On pense souvent qu’on va « sauver le monde » mais au final, c’est l’expérience solidaire qui nous « sauve » et nous permet de grandir

En rentrant, je suis retournée travailler dans la finance pendant 5 ans. 5 ans pendant lesquelles j’ai beaucoup suivi le monde associatif et ses besoins, notamment en compétences support. Mais également, le manque de sens grandissant de mon entourage et surtout de ceux qui travaillaient en « support » (communication, RH, finance, comptabilité, conseil…)

Au détour d’un article sur le mécénat de compétences, je me suis dit « quel dommage que ce super dispositif ne soit utilisé que par des Grands Groupes qui ont les moyens de payer des experts pour le mettre en place ».

J’avais envie de le rendre accessible à tous : PME, ETI, filiales régionales de grands comptes ! 

Mais également de trouver un moyen de rendre l’engagement aussi simple au sein d’une association nationale comme petit frère des pauvres qu’au sein d’une petite association locale comme Orléans Zéro Plastique. 

Pour cela, il fallait

  • Un intermédiaire pour faire le lien entre le monde associatif et le monde de l’entreprise
  • Un outil qui faciliterait la mise en place du dispositif et rassemblerait l’ensemble des besoins associatifs
  • Une solution qui rendrait le collaborateur libre de choisir sa mission en tout autonomie

Comment le projet a-t-il vu le jour?

Le projet à vu le jour début 2020, aux côtés de mes cofondateurs : 

  • Cindy, jeune maman de 2 garçons qui a eu un déclic lorsqu’à la question « tu fais quoi dans la vie maman ? » elle s’est vu parler à 90% de sa journée de secourisme au lieu de ses missions quotidiennes
  • Martin, jeune tech engagé et avide de nouveau challenges technologiques et sociétaux 

Pour « tester » notre idée, on a commencé par un site rapide ou on mettait « si vous voulez vous engager, répondez à notre formulaire ». En 10 jours on a eu plus de 40 demandes alors qu’on avait encore que 3 associations partenaires. On s’est dit qu’il y avait un vrai besoin, donc on s’est lancé !

Aujourd’hui, après à peine 1 an, c’est + 150 associations partenaires et 50 entreprises clientes et prospects en cours de discussions !


Quels sont vos objectifs pour le futur?

Notre objectif est de rendre accessible la solidarité au plus grand nombre : 

  • Accompagner un maximum d’organisations dans leur transformation sociétale
  • Engager un maximum de volontaires qui souhaitent avoir un impact positif sur la société
  • Apporter un maximum de compétences pour les associations et les aider à réaliser leurs projets !

Il nous faudra pour cela : 

  • Démocratiser largement « l’engagement solidaire en entreprise »
  • Renforcer notre empreinte territoriale sur nos 3 régions : Centre-Val de Loire, Ile-de-France et Hauts-de-France (jusqu’en villes « moyennes ») et aller en conquérir de nouvelles ! 


Qu’allez-vous mettre en avant si vous remportez le grand prix d’affichage média?

Un jour on m’a dit « l’associatif c’est comme un diner auquel tu n’as pas envie d’aller… y’a qu’en revenant que tu te dis que c’était bien ». Ça, c’était l’ancienne image de « l’engagement associatif ». 

Aujourd’hui, ce qu’on souhaite c’est le rendre « accessible » et « cool » en le ré-humanisant et donnant envie de s’engager.

Si nous remportons le Grand Prix d’Affichage Média, nous souhaiterions mettre en avant le dispositif (et l’engagement associatif en général) à l’aide d’une campagne choc & humoristique le rendant accessible « à tous ».

L’objectif étant de mettre en avant des associations locales et des actions concrètes et facilement activables au travers :

  • De success stories de collaborations réussies entre entreprise / association ou collaborateurs / association. Réelles ou inspirées : 

Ex : 

day one

 

  • De phrases « choc » ou « humoristiques »: 

ou encore : 

« Ce que l’histoire ne vous dit pas, c’est que Batman & Robin se sont rencontrés lors d’une maraude. »

« Spiderman a commencé en mécénat de compétences de journalisme, il a fini sur son temps libre… » 

« Si Cersei avait collaboré avec Stop Inceste, la série aurait fini différemment… » 

NB : Dans le respect des droits de propriété et de l’accord des marques et associations partenaires !

Laisser un commentaire